pour les amis et les internaute
mangas,jeux video,livres,musique,film,et JDR tout ceci et sur Ssmiley
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

La cité de réves perdus
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   pour les amis et les internaute Index du Forum  .::. pour les amis et les internaute  .::. Livres

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
mortak
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2011
Messages: 66
Localisation: Hellcity

Message Posté le : Dim 6 Mar - 19:25 (2011)    Sujet du message : La cité de réves perdus Répondre en citant

Yakaa et la cité des rêves perdus




Prélude : Une porte, deux mondes


_Alexis, rentre à la maison, il est tard !
_Oui, oui, j’arrive.
Alors qu’il avançait vers la maison, le garçon remarqua du coin de l’œil un mouvement dans les arbres : un homme s’y camouflait. Il eut juste le temps d’apercevoir un ample vêtement vert, que l’inconnu avait disparu. Il alla voir l’endroit où se trouvait l’homme. Il ne découvrit absolument rien.
_Alexis! Rentre, maintenant !
_Oui, j’arrive, deux minutes.
Il alla manger et partit se coucher normalement, bien que toujours intrigué par l’apparition. Cette nuit là, il fit des rêves agités : il vit des yeux, une tête sortir de terre. Mais en même temps, le lendemain il rentrait en 2° et devait sûrement être un peu sur les nerfs, du moins c’est ce qu’il se dit.
Le lendemain, sur le chemin du lycée, il aperçu une porte, au milieu d’un champ, seule. Elle était en bois apparemment, peut être du chêne, lourde et ornée de gravure runiques et d’arabesque qui s’entremêlaient... il cligna des yeux : elle avait disparue. Cet événement étrange attisait sa curiosité tout en l’alarmant sur son état mental. Devenait-il fou ? La journée fut morose, comme toutes les rentrées, et il restât à l’écart avec Jeremy, un de ses amis au caractère plutôt sombre et taciturne. Sur le chemin du retour, il la vit de nouveau : la porte été là, seule, trônant au milieu du champ. Cette fois il l’approchât et put remarquer des détails : les signes étranges qui l’ornait, sa poignée en or. Il l’a saisi, la tourna et il fut aspiré d’un seul coup à travers la elle...


xxx


Lentement, Alexis ouvrit les yeux. La clarté du soleil l’éblouis, et il dû attendre plusieurs minutes avant de pouvoir observer le paysage qui l’entourait. C’était une simple plage de sable jaune, avec une mer sans grande distinction. Le garçon remarqua une porte à demi enfoui sous le sable ainsi que les braises d’un feu de camp. Il regarda autour de lui sans pour autant apercevoir la personne qui l’avait allumé.
_Si tu te demandes qui a allumé le feu, c’est moi. Et si tu demande où tu es, ici, c’est l’archipel des portes.
L’homme s’assit près d’Alexis et le regarda dans les yeux.
_Je m’appelle Questard, je suis un mage de la nature et je suis venu t’aider à accomplir une prophétie, la prophétie de Yulle.
_Attendez ! C’est quoi cet archipel des portes ? Et c’est quoi cette histoire de prophétie ?
_L’archipel des portes est dans un autre monde que celui où a eut lieu ta naissance, et tu es l’élu d’une prophétie qui te désigne comme le sauveur des habitants de la cite des anges, appelée aussi la cité des rêves perdus.
Alexis se demanda s’il n’avait pas affaire à un fou, aussi il décida de ne pas le contrarier et de jouer à son jeu.
_Bien, dans quel monde on est ?
_Tu prend sa plutôt bien...Nous sommes dans le monde de Ryndelfeld, plus précisément dans l’Océan Blanc.


xxx


Crün, gobelin serviteur du Seigneur Noir, le maître des armées des Mages Noirs, était en colère. Le maître ne cesser de répéter la même phrase :
_ Il est passé, il est dans notre monde, enfin. Bartokam sera content de l’apprendre…


Chapitre 1 : le début du voyage


_ Bon Yakaa, ne traînons pas, il y a peut être des zarcans ou des orques à nos trousses.
Alexis se retournât pour voir à qui il parlait. Questard le regarda et dit :
_Désormais tu t’appelleras Yakaa.
_Ah...ok. C’est quoi des zarcans et des orques ?
_Les zarcans sont des assassins .C’est une race demi humaine, demi elfe noir. Leur raison de vivre est de tuer, contre rémunération. Les orques sont des créatures humanoïdes possédant une force bestiale impressionnante. Dans ton monde, ils ont disparus depuis des siècles.
_Ces êtres serait à mes trousses ? Mais pourquoi ?
_Pour te tuer, à cause de la prophétie de Yulle.
_Admettons que ces…êtres me poursuive, où va t’on aller ?
_On vas aller à Portiqualle.
_C’est loin ?
_Non, juste à quatre jours de marches.
Durant deux jours, le paysage changeât à peine : mer à gauche, jungle à droite, pleine d’animaux comme le remarqua Yakaa : le soir on entendait les animaux qui chassaient .Le chemin, étroit, était en très mauvaise état, le jeune homme avait beaucoup de mal à marcher. Au crépuscule du troisième jour, Questard l’arrêta :
_ Ne te retourne pas. On est suivis. Ne parle pas. Continu de marcher, quand je te le dirai, cour droit devant toi, sans t’arrêter.
Le jeune garçon continuât donc de marcher, et un quart d’heure plus tard des bruits de pas lourd et des vois étranges au ton guttural sortirent de la jungle. En entendent ces bruits, Questard s’écria :
_ Cour !
Yakaa couru plus vite et le plus longtemps de toute sa vie. Les arbres et la mer défilaient à toute vitesse. Il courait à en perdre haleine, son cœur menaçant d’exploser dans sa poitrine. Derrière lui, il entendait des bruits de respiration sifflante, menaçante. Il courrait, trébuchait, tombait mais se relevait et continuait de courir. Ce n’est qu’a l’aube, lorsque le silence se fit derrière lui, que ses poumons en feu et ses jambes criant grâce qu’il décida enfin de s’arrêter, complètement épuisé. Durant plusieurs heures le jeune garçon attendit le mage. C’est avec soulagement qu’il le vit arriver, rouge de sang. Durant ces quelques jours passés en sa compagnie, il avait appris que le mage n’était pas fou et qu’il était même son meilleur moyen de rentrer un jour dans son monde.
_ Tu as bien courus, Yakaa.
_Questard, vous êtes plein de sang, êtes vous blessé ?
_Non, c’est le sang des gobelins.
_Des…des gobelins ?
_Oui, et aussi de deux orques.
_Et vous n’êtes même pas blessé ?
_Non, je suis un mage, ne l’oubli pas. Et un mage de la nature. Je contrôle les plantes, et nous sommes justes à cote d’une jungle.
Yakaa le regarda comme s’il ne l’avait jamais vu. Il était impressionné.
_ Vous contrôlez la nature ? Comment ? De quelle façon ?
_Je vais te montrer, regarde.
Devant les yeux de Yakaa, le mage jeta une graine sur le sol, fit un signe des mains, et la graine grandit, devenant un arbuste et continuant sa croissance pour finalement devenir un arbre de taille respectable puis un arbre d’une taille impressionnante, immense, un géant donnant l’illusion d’être la depuis des siècles alors qu’il n’était planté que depuis quelques minutes.
_ Waouh, c’est impressionnant! Vous pouvez m’apprendre à faire pareil, s’il vous plait ?
_Si tu apprends la magie des arbres, tu ne pourras pas apprendre les autres magies.
_Les autres magies ? Il y en a d’autres ?
_Oui, la magie des glaces, la magie du vent, la magie de la terre, la magie du feu et la magie de l’eau .Et on ne peut utiliser qu’une seul sorte de magie, sauf pour une personne. Il y a une exception : un seul humain, de la totalité des mondes, peut utiliser toute les magies, cet être se nomme archimage, il est la réincarnation du dieu Chbrak, ancien dieu de la magie. La légende dit que le dieu des mages donna sa vie pour sauver ses fidèles : le dieu Nrack, dieu des humains « sans-magie », décida de mettre tout les humains sur un pied d’égalité : il voulut détruire la magie, et pour sauver ses fideles, Chbrak donna sa vie en tuant Nrack. Mais l’âme de Chbrak est toujours vivante, tout comme celle de Nrack, et elle se réincarne, dans n’importe quel monde, dans n’importe quel humain. L’âme de Nrack, elle, se réincarne en un combattant d’élite, un champion, le guerrier ultime. A la fin, il y aura une dernière bataille entre eux deux. C’est ce que dit la prophétie.
_La prophétie de Yulle, c’est ça ?
_Oui. C’est ça. C’est cette prophétie qui l’annonce.
Yakaa sentit au ton de la voix du mage qu’il lui cachait quelque chose. Mais quoi, il lui était impossible de le savoir. Le soir, ils arrivèrent à la porte principale de la citer nommée Portiqualle. Questard lui avait dit que de là, ils gagneraient l’île de Félor, où ils prendraient un bateau pour Portelfa. Il ne lui avait pas parlé de la suite du voyage. Mais Yakaa avait confiance en lui.
_Nous allons passer la nuit dans cette auberge.
Questard montrait au jeune homme un établissement portant le nom de Hibou Gris. La maison était d’aspect banal.
_Mais nous n’avons pas d’argent, du moins, moi je n’ai pas d’argent appartenant à ce monde.
_Rassure-toi, moi j’ai des quindes.
_Des quindes ? C’est l’argent de ce monde ?
_C’est la monnaie de la plupart des royaumes de ce monde.
_Au fait, Questard, m’apprendrez-vous à être un mage de la nature ?
_Tu as fait ton choix ? Tu es sûr ? Etre un mage de la nature a des avantages mais aussi des inconvénients, tu n’as plus de pouvoir dans un lieu vide de plantes, mais tu es très puissant dans une forêt ou une jungle. Tu es vraiment sûr de toi ?
_Je…Je crois, oui.
_Tu crois ou tu es sûr ?
_Je suis sûr. Je veux être mage, mage de la nature. Apprenez-moi la magie de la nature.
_Hum, D’accord. Les leçons commenceront demain. A l’aube. Sois prêt.
_D’accord, euh…maître.
_Tu peux encore m’appeler Questard.
_D’accord, Questard. A demain.
 
Yakaa descendit de sa chambre très tôt avant l’aube. Il n’y avait que lui, le patron de l’auberge et un drôle d’être : le jeune garçon pensait que c’était un nain. Il avait une barbe rousse, des cheveux roux et il portait une armure rouillée, toute cabossée mais pourtant il avait une sorte de charisme, d’aura qui l’impressionnait. En le voyant, il visualisait des batailles, il voyait le courage et la ténacité de cet homme.
_Puis je m’asseoir à cette table ? Je n’aime pas manger seul.
_Oui, jeune homme, asseyez-vous, vous me tiendrez compagnie.
_Merci, je m’appelle Yakaa.
_Moi je m’appelle Krül, et vu comme tu me regarde tu te demande si je suis un humain ou non, et bien figure toi que je suis un nain.
_Un nain ? Mais pourquoi êtes-vous loin des mines alors ? N’avez-vous pas de compagnons ?
_Mes compagnons sont mort jeune homme, et je suis ici pour trouver un mage de la nature, un certain Questard. Tu ne le connaîtrais pas, par hasard ?
_Bonjour Krül.
_Questard ! Mon ami ! Comment vas-tu ? Cela fait dix ans qu’on ne s’est pas vu, non ?
_Onze mon ami, onze. Que deviens- tu ? J’ai cru comprendre que tu me cherchais ? Pourquoi as-tu besoin de moi ?
_J’ai besoin de toi pour m’amuser, tous mes compagnons sont morts lors d’un raid en pays gobelin, le roi m’a exilé pour dix ans.
_Et donc tu cherches un nouveau compagnon ? Tu tombes bien, moi aussi j’ai besoin d’un compagnon de plus. Tu as déjà fait connaissance avec Yakaa, non ?
_Si, il a l’air d’un blanc-bec auquel il faut apprendre la vie…
_Eh ! Je ne suis pas un blanc-bec !
_...Je disais donc que tu avais l’air d’un blanc-bec, mais je vois dans ton regard que tu es…différent.
_Différent ? En quoi suis-je différent ?
_Je ne saurais le dire, mais tu es différent. »
Yakaa se dit que cet étrange personnage, bien que le traitant comme un gamin, était somme toute assez sympathique, même s’il semblait lui cacher quelque chose, comme Questard la journée précédente. Il voulait découvrir ce qu’ils lui dissimulaient, mais ça prendrait surement du temps. Et il voulait surtout savoir pourquoi ils lui cachaient quelque chose.
« Krül, nous allons à Portelfa. Tu va donc nous accompagner ?
_Oh oui mon ami. Mais dis-moi, y aura-t-il du danger ? J’espère que oui !
_Tu seras servi. En venant du centre de l’île, on a été attaqué par une dizaine de gobelins et deux orques. Mais ils ont vite été éliminés.
_Tu recommences donc ton métier de chasseur de monstres ?
_Oh, non c’est juste un petit…divertissement.
_Ahahah, tu ne changeras jamais, Questard ! »


Ils payèrent l’aubergiste, puis ils se rendirent au port où ils trouvèrent un chalutier acceptant de les conduire à Portelfa. Le capitaine demanda cinquante quindes chacun. Le bateau, vieux mais en assez bon état, était confortable pour un bateau de pêche. Krül eut le mal de mer durant tout le voyage. Apparemment, les nains n’avaient pas le pied marin. Au contraire du nain, le mage avait une santé parfaite. Questard expliqua à Yakaa qu’il avait passé son enfance dans un port, aussi était-il habitué à l’oscillation du bateau. Quant à Yakaa, il avait été malade au départ, puis il s’était rapidement habitué au mouvement du navire, et durant les deux semaine suivantes, il avait passé un bon voyage, et avait même apprécié le paysage, du moins au début ; rapidement le paysage lui sembla se répéter. A la fin du voyage, il était heureux de sortir enfin de ce bateau. Une fois arrivés à Portelfa, ils prirent le chemin pour Elfida, où ils avaient un rendez-vous selon Questard.
Bien que Yakaa le questionnas sur ce rendez-vous, le mage ne lui dit rien et finalement le jeune garçon s’informa de sa prochaine leçon de magie, le mage lui appris qu’il ne lui avait pas donné d’autres leçons pour être sur que c’était la magie des plante qu’il voulait apprendre. Et puisqu’il semblait sur de son choix au camp de se soir il lui donnerait une nouvelle leçon.
Une fois au lieu idéal pour établir un camp, le mage fit des signes avec ses mains ; soudain un arbuste se mit à grossir et devint un arbre gigantesque. Un escalier fait de branches menait à une plateforme faite elle aussi de branches. Le nain s’écria d’un ton joyeux :
_Tu es toujours aussi puissant, Questard !
_Oh non, c’est seulement superficiel, je me fais vieux mon ami. Yakaa, reste avec moi, en bas, ta première véritable leçon va commencer.


Le mage lui apprit les noms de toutes les plantes durant la semaine de voyage, et quand ils arrivèrent en vue d’Elfida, le jeune homme connaissait par cœur les noms et propriétés des plantes. La ville, constituée d’arbre-maison immense, les plus grands se trouvant au centre de la ville, était magnifique, plus belle que toutes les villes que Yakaa avait put voir dans sa vie. Il n’y avait pas un seul bâtiment construit avec autre chose que les arbres. Ils passèrent devant un attroupement et le mage décida de s’y arrêter. Un elfe se mit à chanter et un jeune arbuste commença à grandir sous les yeux étonnés de Yakaa. Questard lui expliqua alors que la magie des mages de la nature n’était, en faite, qu’un dérivé de l’art que possède certain elfe, qu’on appelle Le Chant. L’homme s’arrêta de chanter et l’arbuste était devenu un imposante tour-arbre d’une quarantaine de mètre. Le jeune garçon remarqua alors que la nuit était presque tombée, et s’enquit de l’endroit ou ils dormiraient ; le mage lui apprit qu’ils allaient être reçus au palais royal et que le lendemain ils rencontreraient la reine des elfes, Elfida.


xxx


Cela faisait déjà trois jours qu’ils étaient partis de Elfida. Ils étaient désormais six. La reine des elfes, Elfida, leur avait accordé trois des elfes les plus puissants comme gardes du corps : son fils, Fildak, le meilleur ami de celui-ci, Flicak, et son maître d’arme, Elflood.
Ils faisaient route vers Farooda, petit port de la cote est du Royaume Elfe. De là, ils rejoindraient Flads, petit port de la côte ouest du Haut Royaume. Ou alors ils passeraient par un souterrain, mais selon Krül, le tunnel était extrêmement dangereux, il avait été construit à l’époque où le Royaume Elfe appartenait aux orques. Ce tunnel avait été le royaume orques de Kroulaf, et même aujourd’hui il pouvait rester des orques vivant dans leur ancien royaume. C’est pour cela qu’ils éviteraient si possible d’emprunter ce tunnel. Mais comme la côte ouest du Royaume Elfe était souvent attaquée par les pirates venant des Iles Pirates, il se pouvait que le port de Farooda soit détruit et donc qu’il n’y ait plus de bateau en état de les amener au Haut Royaume.
Durant le voyage, Yakaa poursuivit ses leçons de magie des plantes. Il parvenait à faire pousser une graine en arbuste assez raisonnable. Le jeune garçon se plaignait qu’il n’avançait pas assez vite, alors que Questard estimait au contraire qu’il progressait rapidement, beaucoup trop rapidement même : normalement, un apprenti ne pouvait utiliser son pouvoir qu’au bout de trois longues années d’apprentissage.
Ils arrivèrent à Narca une semaine après leur départ d’Elfida.
_ Nous allons demander audience au duc de Narca, pour savoir si le port est en état de servir ou s’il a été endommagé par les pirates.
_D’accord, Questard, je pense que nous pourrons dormir au château étant donné que je suis le fils de la reine, déclara Fildak.


xxx


Malheureusement pour eux, le port de Farooda avait été attaqué et complètement détruit, car, phénomène inhabituel, les pirates étaient accompagnés d’un dragon, et plus précisément d’un dragon noir. Le port n’existait plus, il avait été rasé. Ils étaient obligés de passer par Kroulaf, le royaume perdu des orques. C’était désespéré mais c’était le seul passage vers le Haut Royaume et donc vers la Tour Des Mages, haut lieu de la magie dans le monde de Ryndelfeld. Mais d’abord ils devaient atteindre la capitale du Haut Royaume, la Cité De Crulak, où un nouveau compagnon les attendait selon Questard.


Chapitre 2 : le tunnel


Pour arriver au royaume perdu des orques, ils suivirent un chemin, se faufilant dans les montagnes, puis ils pénétrèrent dans une grotte au fond de laquelle se trouvait la porte du royaume. La porte, immense mur de granite, ne comportait aucune ouverture.
_ Maître, comment va-t-on entrer dans Kroulaf ?
_Pour pouvoir y accéder, il faut être mage. Cette porte a été scellée pour que les orques n’attaquent plus mais de manière à ce qu’on puisse toujours entrer dans le royaume, mais qu’il ne soit pas permis aux orques de sortir. Les elfes demandèrent donc aux mages de se servir de leur pouvoir pour sceller le royaume. Désormais le seul moyen d’entrer dans Kroulaf est de se servir de la magie, donc seuls les mages peuvent y parvenir. Maintenant poussez-vous, je vais utiliser ma magie.
Le mage fit des signes que Yakaa ne l’avait jamais vu faire et soudain, dans un éclair de lumière, une porte se dessina dans le mur, derrière laquelle un tunnel sombre et apparemment sans fin apparut. Une centaine de corps, transpercés de flèches, gisaient sur le sol, apparemment le corps d’elfes et d’orques mort durant une bataille vielle de plusieurs siècles, peut être mort pendant que les mages scellaient l’entrée.
_ Nous n’avons pas de torches, comment allons-nous avancer dans le tunnel ?
_Je vais utiliser un peu de magie élémentaire. Tous les mages peuvent avoir recours à la magie élémentaire de toutes les magies. Autrement dit, tous les mages peuvent se servir de toutes les autres magies, mais de façon très limitée.
Questard dessina des signes avec sa main droite et soudain une flamme blanche surgit dans sa main ; ils s’engagèrent aussitôt dans le long tunnel. Pendant plus d’une heure ils continuèrent de descendre, puis l’escalier devint petit à petit un sol plat. Ils étaient enfin arrivés au royaume perdu des orques, Kroulaf. Ils marchèrent encore pendant une heure, puis ils firent une pause pour manger. Soudain ils entendirent au loin les cris de guerre des orques ! Ils les avaient repérés, ils approchaient !
_ Ils…ils…ils nous ont trouvés ! Ils vont tous nous tuer ! cria Yakaa, terrifié.
_En formation de protection autour de Yakaa, c’est le seul à ne pas savoir se défendre !
Soudain les orques arrivèrent, par milliers. Tous se battirent sauf Yakaa. Le jeune homme sentit en lui une chose bizarre, et il vit qu’une flamme bleu orangé se formait autour de lui.
_ Poussez vous tous, immédiatement !  s’écria Questard.
A peine avaient-ils obtempéré que la flamme entourant Yakaa s’agrandit et brûla plus d’une centaine d’orques. Les autres s’enfuirent le plus loin possible de Yakaa mais ils se battaient toujours contre les autres compagnons. Aussi soudainement qu’ils étaient apparus, les orques arrêtèrent de combattre. Yakaa et ses compagnons furent tout d’abords stupéfaits par ce changement radical d’attitude, mais ils en comprirent vite la raison lorsque le grondement sourd d’un animal gigantesque et en furie leur parvint. Tous les orques détalèrent et Questard hurla d’une voix de stentor :
_ Fuyez, vers le passage nord, vite ! Moi je reste le temps de ralentir le dragon.
_Tu ne crois quand même pas que nous allons te laisser affronter un dragon tout seul ! On va tous se battre, oui ! dit Krül.
_Non, fuyez ! Immédiatement !
_Soit on part ensemble, soit on se bat ensemble !
_Alors on s’enfuit !
Pendant qu’ils couraient, à l’autre bout de la salle une boule de feu incroyablement grande surgit en direction du groupe, suivie d’une énorme masse brillante se déplaçant à une incroyable vitesse.
_ Stop ! Je ne vous veux pas de mal, à moins que vous ne soyez amis avec les orques.
_Vous…vous parlez ?
_Bien sûr que oui, jeune mage.
_Mes respects, puissant dragon. Je suis Questard, maître mage de Yakaa, le ….jeune mage.
_Moi je suis Fralukam, un des derniers dragons d’or. Que faites-vous ici, dans mon royaume ?
_Nous devons aller au Haut Royaume.
_Hum…Vous mourrez si vous traversez le royaume perdu sans moi. Il y a trop d’orques. Je vous propose un marché : je vous escorte et garantis votre sécurité, en contrepartie vous m’acceptez dans votre groupe.
_Vous voulez simplement nous accompagner jusqu'à la fin du voyage ?
_Oui, je m’ennuie dans ce tunnel, tous seul et sans action. Je suis un dragon, il me faut tuer pour me sentir vivant. Alors je suis avec vous ou pas ?
_Si tu as besoin d’action, tu vas être servi en nous accompagnant. Nous sommes très recherchés.
_Hum, bon on y va ?


Durant plusieurs jours ils marchèrent sans interruption, dans un paysage monotone et caverneux, puis soudain ils virent une entré sur le coté.
_Où conduit cette entre ?
_A notre prochaine destination : la salle aux trésors.
-La salle…aux trésors ? Quel genre de trésors ?
_Toute sorte de trésors : des objets magiques, des centaines de milliard de quindes, des couronnes, de pierres précieuses…
_Nous attendons quoi pour y aller, dans cette salle aux trésors ?
Quand ils arrivèrent dans la salle, ils furent tous éblouis devant la taille de la salle et le nombre de bijoux présent. La salle, longue de plusieurs kilomètres, était remplie de bijoux.
_Impressionnante cette salle, à qui elle appartient ?
_A moi, c’est ma demeure.
_C’est la que tu vis ?!
_Oui, jolie demeure non ? Prenaient tout ce que vous voulez, faites comme vous voulez.
Pendant que tous marchaient entre les trésors, Yakaa s’approchât du puissant dragon doré.
_Vous…vous avez quel âge ?
_J’ai quel âge ? Je fais vieux ?
_Non, non vénérable dragon, je suis juste curieux, c’est tout.
_J’ai exactement 1257 ans.
_Quoi ?! Vous avez 1257 ans ? Pour de vrai ?
_Oui petit mage, cela te surprend t-il tant ?
_Euh...un peu, vénérable dragon.
_Arrête de m’appeler vénérable dragon, appel moi juste Fralukam.
_D’accord, vénérable...Fralukam.
_Bien. J’ai quelque chose à te donner.
_Quelque chose pour moi ?
_Oui. Suis-moi.
Le grand dragon l’amena vers une pile d’armures et d’épées, là il retira un grand coffre en marbre. Il l’ouvrit est en sortit deux armures, une blanche et une noire.
_Ce sont les deux armures de pouvoir. Celle qui est blanche est celle du pouvoir du bien et la noire, tu l’as deviné, est celle du mal.
_Elles sont à moi ?
_Oui mais font bien attention, elles peuvent t’influencer : la blanche te rend bon et si tu la garde trop longtemps tu deviens lumière, ton sang devient blanc et tu disparais à jamais, la noir elle te rend mauvais, ton sang devient noir et à la fin tu deviens une ombre.
_Mais c’est horrible !
_Mais non, pas si on fait attention à ne pas les mettre trop longtemps.
_Combien de temps peut on les mettre sans ressentir les effets ?
_Quelque heures, une demi journée tout au plus. Si on la garde plus d’une journée, l’effet est définitif et l’on devient soit lumière, soit ombre. Allez, viens maintenant, rejoignons les autres.
Ils rejoignirent les autres et construisirent un camp pour la nuit. Le lendemain, ils repartirent en direction de la sortie et des Hauts Royaumes. Alors qu’ils arrivaient à la sortie du tunnel, ils entendirent les orques. Ils les attaquaient de nouveau. Ils essayèrent de gagner la sortie, mais c’était peine perdue : les orques les rejoignirent bien avant qu’ils n’arrivent à fuir du tunnel. Le combat fut long et dur. Plus ils tuaient d’orques, plus il en arrivait, et bientôt ils furent submergés par le nombre des orques. Alors qu’ils croyaient être perdus, Yakaa commença à se sentir bizarre, et alors il remarqua qu’un cocon de glace commença à se former autour de lui, et des piques de glace transpercèrent les orques. Les cadavres d’orques se retournèrent vers leurs semblables vivants et les attaquèrent, contrôlés par une force d’une puissance inimaginable. Au bout d’une heure de combats, il ne restait plus aucuns orques vivants.
_Pourquoi nous ont-ils attaqués ? Ce n’est pas normal !
_Ils nous ont attaqués car nous avons ce qu’ils considèrent comme leurs trésors.
_Qu’est ce qu’ils considèrent comme leurs trésors?
_ Les deux armures que j’ai offertes au petit mage.
_Mais ces armures ne sont elles pas à toi, grand dragon ?
_Euh...pas tout a faits. La salle aux trésors appartenait aux orques, et même si la salle est désormais à moi, ils ne veulent pas que leurs anciens biens partent de leur royaume perdu. Ils y tiennent plus que leur propre vie ! On ferait mieux de partir, maintenant, avant que d’autres orques ne viennent prendre la relève de ceux la.
_Rakul mak mak riful !


Chapitre 3 : la citadelle des trolls


_Qui a dit sa ?
_Cela vient de là-bas !
_C’est du troll. Cela veut dire .... Je .... suis .... prisonnier .... avec .... mon .... village .... dans .... le quartier .... sud. Il faut les aider.
_Mais un troll, ce n’est pas une bête sauvage ? Ca peut être dangereux de les libérer, tout un village de troll, ça fait plus d’une centaine de troll.
_Bien que se soit assez surprenant, les trolls ont un «code» de l’honneur : si on leur sauve la vie, ils vous vénèrent comme si vous étiez un dieu. Cela n’arrive pas souvent qu’un troll soit sauvé par quelqu’un, un troll possède une force immense, il est très rusé, très intelligent, il est donc quasiment impossible qu’un troll puisse être en danger de mort. C’est pour cela que le troll sauvé voue un culte à son sauveur.
_Bon, on va les sauver ces troll ou pas ?
_Oui, allons y. Il faut se dépêcher, car s’ils sont dans le quartier sud, ils sont à plusieurs jours de marche. A trois jours de marche pour être exacte.
Chaque jour, il y avait plus d’orques, il était toujours plus difficile d’avancer vers les trolls, mais ils arrivèrent finalement au quartier sud. Il y avait des millions d’orques autour d’une sorte de forteresse. Les cris venaient de celle-ci.
_Ils sont là-dedans ?
_D’après les cris, oui.
_Il va falloir battre tous ces monstres ?
_Hum...oui.
_Mais ils sont beaucoup trop nombreux !
_Tu pense ? Oui, c’est vrai que vous autres, humains, êtes faibles en comparaisons de nous, elfes, ou du dragon.
_Questard, si tu montes sur mon dos, tu pourrais réussir à détruire une partie du plafond de la salle pendant que je vole ?
_Hum...Le seul moyen de le savoir et d’essayer, non ?
Soudain un cor retentit, et une partie de l’armé orques se déplaça vers eux.
_Je crois qu’on est repérés.
Questard commença à réciter des enchantements, une forteresse de plante se formant autour d’eux. Ils étaient protégés, à l’abri des hordes d’orques, du moins pour un temps. Durant plus d’une heure les orques s’acharnèrent sur la porte qui finit par céder dans une explosion de copeaux de bois. Le combat fit rage. Yakaa sentit le pouvoir affluer en lui comme un rat de marée. Alors qu’ils se croyaient perdus, un homme, blond en armure rouge comme le sang apparut et commença à décimer les orques. Yakaa, ses compagnons et l’inconnu remarquèrent soudain qu’il n’y avait plus un seul orque debout ; ils étaient tous morts ou avaient rejoints le gros de leur armé, plus bas. L’homme, en réalité un adolescent d’une quinzaine d’années, leur fit un clin d’œil, puis sorti en courant de la forteresse de plante.
_Mais... où...va-t-il ?
_Quelqu’un sait qui il est ?
_Il faudrait le rattraper, non ?
Le jeune mage n’entendait pas leur conversation, mais une voix, une voix qu’il connaissait.
_Tant pis pour les trolls, les orques sont trop nombreux. Yakaa, vient, on part de ce lieu.
_Jérémy, il est ici. Il est dedans. Il appel au secours.
_Qui ?
_Jérémy Neivalla, mon meilleur ami.
_Voyons, c’est impossible. Comment aurait il put passer dans ce monde ? Tu as du te tromper.
Alors que Questard n’avait pas encore finit sa phrase, Le jeune garçon était déjà parti hors de la forteresse verte. Les autres le suivirent, et ils assistèrent a un spectacle inimaginable : l’apprenti mage, dos a dos avec l’adolescent en armure rouge se battaient contre les orques. L’épée du jeune guerrier semblait ne faire qu’un avec le combattant. Yakaa, lui, déclenchait des tornades de feu, propulsant de sa main droite des pics de glace. En quelques minutes, plus un seul orque ne bougeait. Ils avaient été anéantis par ce duo de combattant. Les portes de la citadelle troll s’ouvrirent. Un jeune garçon d’une quinzaine d’années en sortit. Yakaa chercha le garçon en armure rouge, mais il avait disparut.
_Jeremy, tu vas bien ?
_Je...oui. Où on est ?
_Calme toi, tu es en sécurité. Nous sommes dans le monde de Ryndelfeld. Toi aussi tu es passé par une porte ?
_Une porte ? Non. Il y a encore une heure, j’étais dans ma chambre, et puis d’un coup j’étais dans une salle de cette forteresse. Mais tu étais ici depuis un mois ? On te cherche partout, ta photo est même passée à la télé.
_Un mois ? Cela fait trois mois que je suis ici !
_Pas dans ton monde, répliqua Questard, ici le temps se déroule différemment, trois fois plus vite que dans ton univers.
_C’est...c’est possible ?
_Oui.
_Yakaa, comme tu as fait pour la glace, le feu et tout le reste ?
_C’est juste de la magie Jeremy, c’est tout.
_De la magie ? Tu peux...euh...
_T’apprendre la magie ? Non désole, sa s’apprend pas, c’est inné.
_Bah...pas grave. Au fait, les choses à l’intérieur de la forteresse, ils t’appellent le...
_Nardrich ! Puissant Nardrich, merci de nous avoir sauvées.
C’était une sorte d’humain très poilu qui venait de parler, et il avait des dents très pointues. Ce devait être un troll, se dit Yakaa. Celui-ci lui serrât la main.
_Nardrich, tu es venu à notre secours. Nous sommes sous tes ordres.
_Nardrich ? Je m’appelle Yakaa, pas Nardrich.
_Jeune mage, s’exclama Fralukam, Nardrich est un titre. L’équivalent d’archimage, en troll.
_Nous avons su ta présence grâce à nos shamans. Tu étais notre seul espoir. Nous sommes désolés d’avoir du amener ton ami dans ce monde, mais si nous ne l’avions pas fait, tu serais parti. Nous sommes 106 trolls, à tes ordres. Où désire tu allais Nardrich ?
_Nous allons à la Cité de Crulak.


Chapitre 4 : La Cité de Crulak


La légion du Nardrich, c’est ainsi que se nommèrent les trolls, Yakaa et ses compagnons sortir de Kroulaf sans rencontrer d’autres orques. Le chef troll, Ba’ak’alaka, qui signifiait Tueur de l’Ombre dans la langue troll, apprit à Yakaa comment contourner la contrainte des armures de pouvoir, car ce sont les trolls qui avaient créés les armures. Pour contourner le défaut des armures, c’était des plus simple : il fallait mettre une moitie de l’armure noir et une moitie de l’armure blanche. L’apprenti mage donna les autres moities d’armures à Jeremy.
Etrangement les trolls surnommaient Jeremy le «chanceux», et ne voulurent pas dire pour quelles raisons ils le nommaient ainsi. Ils sortirent des montagnes de Rinad et allèrent plein sud. Apres plusieurs semaines de marche, ils arrivèrent en vue de la Cité de Crulak. Ils laissèrent les trolls dans une petite forêt près de la cité. Celle-ci, construite dans les falaises bordant le fleuve Reinad, était magnifique avec ses milliers de coupoles scintillantes. L’eau du fleuve, d’un bleu cristallin, se divisée en une multitude de piscine naturelle, entourée de magnifiques jardins. Le plus impressionnant était le palais royal, que Yakaa prit d’abord pour une montagne bleu. Le palais était construit dans une pierre bleue étincelante. Le fleuve sortait dans dessous du palais. On le surnommait le « joyau bleu » ; Yakaa comprenait pourquoi. Lorsqu’ils arrivèrent en ville, Questard donna ses ordres : Krül, Elflood, Fildak et Jeremy devaient trouver une auberge, les autres acheter de nouvelles tenues, de nouveaux chevaux, les anciens ayant été dévorés par les orques du tunnel, des épées et autres objets de voyage. Une fois ces taches finies, ils devaient se retrouver sur la grande place. Yakaa sentit à plusieurs reprises une présence maléfique. Quand il en avertit le mage, celui-ci lui répliqua qu’il sentait les zarcans présent en ville, comme chaque mage le pouvait. Le jeune mage remarqua une boutique pour mages. Il pensait que celle-ci, rouge et verte, était une arnaque, mais Questard y alla aussitôt, Yakaa le suivit. Dans cette boutique, remplie d’objets intrigants, le mage bavardait avec la vendeuse, une femme d’une trentaine d’années, grande et brune. Elle avait une robe bleue, et l’apprenti mage remarqua plus tard qu’elle était faite d’une sorte de brume, et à part la brume, elle ne portait aucun vêtement.
_Yakaa, voici Morchaban, une grande amie.
_Il rayonne de pouvoir, Questard. C’est lui, celui que l’on attend?
_Oui, c’est bien lui.
_Comment ça ? C’est lui? De quoi vous parlez ?s’exclama Yakaa qui n’appréciait pas qu’on parle de lui sans qu’il comprenne. Les deux adultes continuèrent de discuter comme s’il n’était pas là.
_Il est vif et curieux. Il a l’air d’avoir du caractère.
_Un peu trop, Morchaban. À la Tour, on le bridera. As-tu de nouveaux articles, comme la découverte du mage Grindel ?
_Les sacs ? Oui, avec les cristaux pour.
_Bien, très bien. Je prends quatre sacs et quatre cristaux de chaque sorte.
_Ca fait quatre cent cinquante six quindes.


xxx


Une fois leurs achats effectués, le mage et Yakaa rejoignirent les autres sur la grande place. Krül, Elflood, Fildak et Jeremy avaient trouve une auberge elfe portant le nom de : le serviteur de la reine .Fildak apprit aux autres que c’était des agents travaillant pour Elfida, chargés de surveiller les mouvements des Zarcans en ville. Le mage, le jeune garçon ainsi que le fils de la reine partageaient une chambre, les trois autres une deuxième chambre. Questard était en train de ranger les affaires dans les sacs qu’il avait achetés à la boutique pour mage lorsque Yakaa remarqua trois détails troublants : le mage de la nature mettait des objets qu’un sac normal ne pouvait contenir, il entendait des cris de douleur et d’agonie et il sentait la présence maléfique des zarcans. Les deux derniers avaient éclipsé la première. Questard releva soudain la tête et s’exclama d’une voix rauque :
_Les zarcans attaquent la ville !
_Les zarcans ? C’est impossible ! Ils n’oseraient pas!
_La preuve! N’entends tu pas les cris ? Le bruit des épées qui s’entrechoque ? s’exclama Krül.
Fildak s’apprêtait à répliquer lorsque Questard déclara :
_Il faut partir sans tarder. Mettez vos affaires dans les quatre sacs.
_Ca n’entreras pas !
Le regard que le mage lança à Yakaa le dissuada de continuer à protester. Il mit donc ses affaires dans un sac, et s’attendant à le voir débordez, eut un mouvement de surprise en voyant toutes ses affaires disparaître dans le sac. Krül finissait de mettre les affaires dans ces objets magiques, car plus personne ne doutait que les sacs étaient ensorcelés, lorsque la porte s’ouvrit avec fracas. Une sorte de créature moitie humain moitie elfe entre et brûla, après avoir fait un pas, par une boule de feu lancé par le mage.
_Rentrez dans ce sac !
_Hein ? Nous...dans le sac ? Non.
_RENTRE !
Sans trop y croire, Yakaa passa une jambe, puis une autre et disparut soudain, comme happé par un puits. Ils disparurent tous, l’un après l’autre, dans le sac. Le mage mis trois des sacs dans celui restant, le passa sur son épaule puis sortis de l’auberge. Il se dirigea vers la boutique de Morchaban, mais en cours de route, il vit un banc de brouillard étrange se diriger vers lui.
_C’est moi Questard.
Le brouillard se dissipa, laissant apparaître une Morchaban pâle, l’épaule ensanglantée.
_Que t’est il arrivée ?
_Quand je suis sortit du magasin, il y avait des zarcans. Ils sont sûrement venus à ma boutique à cause de l’aura magique qui s’en échappe. Mais ils ne trouveront rien. J’ai tout vidé dans un sac que j’ai mis dans celui-ci.
Elle lui tendit un sac couvert de sang qu’il ajouta à ceux déjà présent dans le sien. Il fit rentre la jeune mage dans le sac après lui avoir explique où était Yakaa, Krül ainsi que les trois elfes. Une fois Morchaban mise en sécurité dans le sac, il se dirigea vers le port. Alors qu’il n’était plus qu’à quelque pas de la jetée, il entendit une voix glacial, maléfique lui parler :
_Bonjour, petit mage, ça faisait longtemps, non ?
Questard se retournas pour se retrouver en face de deux yeux à l’aspect bestiales, le regardant avec un éclat rouge, puis sentit un choc sur sa nuque et perdit connaissance.


Chapitre 5 : les vampires


Questard se réveilla dans une pièce sombre, humide. La pièce, petite, froide, n’avait pas de fenêtre. Elle était éclairée par une torche sur le mur en face du mage, à cote d’une porte massive en acier. Le magicien n’avait plus le sac. Il essaya de bouger mais il remarqua alors qu’il avait pieds et points liés. Il créa une flamme sur le bout de ses doigts, embrasant ainsi la corde qui le contraignait à l’immobilité, puis fit de même pour la corde qui entravait ses chevilles. Une voix retentit alors d’un coin sombre de la pièce :
_Toujours aussi habile, à ce que je vois.
_Qui est la ?
_Tu ne me reconnaît pas ?
L’ombre parut se solidifier et soudain, il y eu un homme vêtu de noir. Le mage eu un cri de surprise.
_Aradrihil ? Tu devrais être mort !
_Je devrais l’être, effectivement, si j’étais humain. Mais tu m’as transformé avec ton art interdit !
_Tu veux dire que l’expérience alchimique a marchée ?
_J’en suis la preuve vivante !
_Tu est donc un vampire ?
_Oui, et tu n’es pas le seul à avoir tenté de créer des hommes artificiels, on est une centaine de vampire juste sous cette ville.
Un homme ouvrit la porte, sûrement un autre vampire, parla dans l’oreille d’Aradrihil et les deux vampires sortirent de la pièce. Le mage attendit un peut, puis jetât un sort.


xxx


_Apprenti, on se réveille ! Debout!
_Hein ?quoi ?
_Que-ce qu’il y a Yakaa ?
_Je ne sais pas, j’ai crut entendre une voix.
_Une voix ? Tu t’en sens bien ?
_Oui, oui, rassura le jeune garçon.
_Yakaa ! Tu m’entends ? Yakaa ?
_Sa recommence ! C’est la voix de Questard ! Où êtes-vous ?
_Dans une petite pièce. Je te parle par télépathie répond moi de la même façon.
_Ok. Je suis avec Krül et Morchaban. Des personnes étranges nous ont sortit du sac.
_Comment va Morchaban ?
_Les gens qui nous ont sortit du sac l’on soigné. Ces gens bizarre ont de grandes canines, ce ne sont pas des vampires ?
_C’est une possibilité...
_On fait quoi s’ils veulent prendre leur repas ?
_Je t’ai appris des sort pour te défendre, non ? Alors utilise-les s’il faut !
_D’accord maître.
_Je vais arrêter le sort de communication, je dois préparer un sort qui requerra toute ma concentration, à plus tard.
_Questard prépare un sort qui va être assez puissant d’après ce que j’ai compris. Quand son sort se déclenchera, j’essayerai de détruire la porte, ou de faire un trou dans le mur.
_Euh...Tu es sur d’être assez expérimenté pour pouvoir faire un sort assez puissants pour nous permettre d’échapper à cette prison ?
_Je pense que oui. Mais on ne le saura qu’une fois que j’aurais essayé non ? J’ai un sac de graine mais pour pouvoir faire pousser un arbre il me faut de la terre. Aide-moi à enlever une dalle, Krül.
_Euh...d’accord mais à quoi sert de faire pousser un arbre ?
_Je peut le faire pousser de façon à enfoncer la porte, voir assommer les éventuels gardes.
_Il y a deux gardes, de chaque coté de la porte.
Devant le regard ahuris du jeune garçon, le nain du lui expliquer comment il le savait : c’était un don que certain nain avait, ressentir toute présence vivante quand il touchait la terre sur un rayon d’à peut prés deux kilomètres. On les appelait les sentinelles car ils servaient à prévenir les mineurs quand une créature peut sympathique les attaquait dans une mine. Soudain un grand bruit mit fin à leur conversation. Très vite après la sorte de grondement la terre trembla. Une fissure apparut sur un des murs, puis s’agrandit jusqu'à dévoiler une autre pièce, sombre dans laquelle se trouver...un dragon ! Ils eurent un mouvement de recule avant de remarquer que le dragon était Fralukam. Il vit aussi que les trolls étaient là, plus loin dans la pièce qui était beaucoup plus importante que le pensé Yakaa de prime abord. La pièce, immense, ressemblait au hall d’un immense château. Plusieurs centaines de colonne d’une dizaine de mètres soutenait le plafond. Deux portes immenses étaient encadrées par deux dragons sculptés dans ce qui ressemblait à du granit. Les trolls se précipitèrent vers le jeune apprenti en criant son titre de mage suprême. Quand le tremblement de terre s’arrêta enfin, et que la poussière soulevée par la chute des murs fut retombée, ils découvrirent qu’un autre pan du mur de la salle était tombé, découvrant un couloir sombre.
_ Passons par la, nous pourrons peut-être trouver Jeremy.
_Nardrich, le chanceux, il a eut quelques petits problèmes...
_C’est à dire ? Il n’est pas mort j’espère ?demanda Yakaa, inquiet.
_Oh non...Il a eut une blessure mortel, mais les vampires, ils l’ont sauvé...ils l’ont...mordu. Il est entrain de devenir l’un des leurs.
_Mais...non ! Pas Jeremy ! Il ne peut pas devenir un vampire ! C’est Jeremy !
Apparemment la colère faisait parti du stimulus qui déclenchait son pouvoir d’archimage, car une étrange lueur bleue noire entoura le jeune apprenti mage. Une chaleur intense s’en dégageait. Yakaa s’avança vers le couloir d’un pas lent, comme un automate.


Chapitre 6 : la colère de l’archimage


_Surtout ne l’approchez pas ! Vous brûleriez en quelques secondes !
Les trolls, le dragon, le nain et la magicienne de l’air précédèrent de quelques mètres le jeune archimage. Le jeune garçon suivait un itinéraire connu de lui seul, comme s’il connaissait le repaire des vampires. Il dépassa une dizaine de portes sans s’arrêter ni marquer la moindre hésitation. Finalement Yakaa s’arrêta devant une porte métallique qui semblait incongrue en ce lieu médiéval. Il leva la main, la porte explosa. A l’intérieur, il y avait un laboratoire moderne ; on aurait put prendre cette salle pour une pièce d’un hôpital du monde natal du jeune garçon. Sur une table d’opération était posé un corps, celui de Jeremy. On voyait très nettement la marque de morsure sur son cou, et son bras droit était bandé ainsi qu’une partie de son torse. Dans le fond de la salle était assis un vieil homme ; deux canines proéminente dépassaient d’un sourie emplit de cruauté ; c’était un vampire. Ces deux yeux, rougeoyant, comme habités par deux flammes malsaine, brillant d’intelligence, étaient fixés sur Yakaa, le scrutaient, le jugeaient, le décryptaient. Il se décida finalement à parler. Le vampire se leva et s’approcha de la table où reposait le corps de Jeremy.
_Il ne faut pas le réveiller. Il est extrêmement...
_SILENCE!
La voix, glacial, inhumaine, avait retentit. C’était celle de Yakaa, mais ne l’était pas en même temps. On entendait des milliers de voix disant la même chose au même moment, comme si une armée d’hommes et de femmes était à l’intérieur du jeune garçon.
_Il à déjà entamé la transformation, homme-mémoire. C’est irréversible maintenant.
_On doit pouvoir l’arrêter, s’exclama un troll. C’est le chanceux !
_Il a la chance d’avoir été sauvé par nous, sans la morsure, il serait mort. La chance lui a permis d’être près de nous quand il en avait besoin. Il est désormais immortel et il ne sera plus jam...
_SILENCE! Vous lui offrez une immortalité maudite ! Il ne pourra plus jamais passer plus de quelques heures en plein soleil, il devrait boire du sang pour ne pas mourir ! Seul un inconscient choisi cette existence !
_Vous vous trompez, homme-mémoire ! Et de toute façon il est désormais trop tard. Le corps accepte cette évolution : les blessures se sont refermées, les canines ont grandi et...Ses canines ! Elles sont redevenues normal ! Mais c’est impossible !
Effectivement, les dents proéminentes de Jeremy avaient disparu, et même la peau blafarde du jeune garçon avait repris des couleurs.
_Où...je suis ?déclara celui-ci d’une voix pâteuse et ensommeillé. J’ai fait un drôle de rêve...
Pendant que le vieux vampire continuait à dire que c’était impossible, les trolls lui récapitulèrent l’événement survenu depuis sa rencontre avec les zarcans où il avait été blessé mortellement. Alors qu’ils abordaient le passage de la découverte de son corps dans cette salle, l’immortel maudit s’exclama d’un coup :
_Je sais pourquoi ça na pas fonctionné ! C’est à cause de l’esprit démoniaque vivant dans son corps !
_Un esprit démoniaque ? En moi ? Vous avez bu autre chose que de l’eau ou quoi ? Faut arrêtez la fumette papy ! Puis vous êtes qui d’abord ?
_Je suis le plus vieux vampire de cette cité jeune insolent ; je ne bois que du sang et je ne fume jamais. Quand à l’esprit vous devez l’avoir senti, il est tellement puissant, vous l’avez forcement senti car ça fait déjà un moment qu’il est en vous. Vous n’avez pas eu des pensées étranges ? Des rêves effrayant ?
_Euh... Ca m’est arrivé, mais c’est sûrement à cause de la découverte de ce monde, je pense.
On voyait à son visage que Jeremy n’en était pas entièrement convaincu, que le vampire l’avait déstabilisé. Le chaman troll intervient à ce moment :
_Jeune garçon, si nous t’appelons «chanceux», c’est à cause de cet esprit ; nous le connaissons, il fait partit de nos légendes. Il te rend puissant, et te donne une chance incroyable, mais en contre partie il prend le contrôle de ton corps durant la nuit pour exercer sa passion, voler les objets de valeurs. Nous l’appelons Ariakul, l’esprit du voleur chanceux. C’est d’ailleurs étrange qu’il ne le fasse pas avec toi, chanceux, nous t’observons et tu ne t’es pas levé une seule fois durant la nuit, tu n’as rien volé a qui que ce soi.
_L’esprit est bloqué, il fusionne avec Jérémy, clama la voix étrange du jeune archimage en transe.
Tous sursautèrent et se tournèrent vers lui, ayant complètement oubliés sa présence. L’étrange lueur bleue noire avait quasiment disparu, montrant la fin de transe. Ils attendirent qu’il parle un peu plus, mais avant que celui-ci puisse développer son idée, un homme passa à travers la porte et s’avança vers le vieux vampire.
_Sage, le mage à fait pousser un immense arbre dans les cachots ! Il a déjà tué une dizaine d’entre nous et emprisonné une trentaine d’autre. On a besoin de vous pour l’arrêter ! supplia t-il.
Le vénérable vampire se tournât vers Yakaa et lui demanda :
_Homme-mémoire, peut tu demander à ton compagnon de s’arrêter ? Nous ne vous voulons aucun mal.
_C’est pour ça que vous nous avez enfermez ? s’enflamma le mage de la nature, qui venait d’apparaître à la porte. Une énorme branche passait derrière lui, explorant le couloir comme une énorme main. Questard semblait plus furieux que jamais ; étrangement les objets en bois se trouvant à proximité mage voyaient apparaître des bourgeons et des branches.
_Calmez vous, mage ! On sentait le mépris dans ce dernier mot. Vous voyez bien qu’ils sont tous en bonne santé, pas un seul n’a reçus de morsure.
_Tous sauf moi !
_Mais vous, c’est un cas particulier...de toute façon vous n’êtes pas devenu vampire à cause de votre « Esprit gardien ».
_Un esprit gardien ? La voix du mage était inquiète ; son visage n’avait plus aucune trace de la colère qui l’habitait quelque instant plus tôt.
_________________
Je suis Dieu,Dieu de la Mort évidemment...
Mon amour est la Déesse,la Déesse de la Vie...
Prélats,répandez mes paroles!

Pseudo:Mortak sur le plupart des jeux,ainsi qu'Hekati,pour ne pas vous servir XD


Revenir en haut
            MSN Skype   

Publicité






Message Posté le : Dim 6 Mar - 19:25 (2011)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

   pour les amis et les internaute Index du Forum .::. Livres
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.